guérisseur Philippe de Lyon


Nizier Anthelme PHILIPPE, nommé ensuite Monsieur Philippe ou plus couramment encore Maître Philippe, de Lyon, est né en Savoie (cette province n'était pas encore française, au moment de sa naissance ; elle ne sera annexée à la France qu'en 1860) le 25 Avril 1849 au lieu dit Les Rubatiers, hameau d'un petit village de la Savoie nommé Loisieux, près de Yenne, à la limite du département de l'Ain.

Cette naissance eut lieu dans une humble maison. Pendant toute la durée de l'accouchement, Marie Philippe qui, antérieurement avait rendu visite au curé d'Ars, pleine d'allégresse, chanta doucement ; elle ne ressentait aucune douleur. Le curé d'Ars lui avait annoncé que son fils serait un être très élevé.
A l'âge de 14 ans, le jeune PHILIPPE quitta, son petit village pour se rendre à Lyon où il habita chez l'un de ses oncles, établi comme boucher et qu'il aida en effectuant des livraisons chez les clients. Il fit ses études à l'institution Sainte-Barbe, à Lyon, où l'un des Pères s'attacha profondément à lui. Il obtint par la suite le certificat de grammaire.
Déjà, certaines capacités s'étaient manifestées en lui. C'est ce qu'a précisé M. Schewoebel dans un article du Mercure de France du 16 Juin 1918 où il a rapporté les paroles suivantes de Monsieur PHILIPPE : J'ignore tout de moi, je n'ai jamais compris ni cherché à m'expliquer mon mystère. J'avais six ans à peine et déjà le curé de mon village s'inquiétait de certaines manifestations, dont je n'avais pas encore conscience… J'obtenais des guérisons dès l'âge de 13 ans, alors que j'étais encore incapable de me rendre compte des choses étranges qui s'opéraient en moi.
(Helene : ce commentaire était réservé aux non-initiés. Son commentaire était tout autre auprès de son entourage amical)

Mr Philippe résolut d'étudier la médecine et, à cet effet, il prit quatre inscriptions d'officiat de santé à la faculté de médecine de Lyon, de Novembre 1874 à Juillet 1875. A L'Hôtel-Dieu, il fréquenta divers services dont la salle Saint-Roch, où il suivait assidûment les cliniques du professeur Benedict Teissier.

Il montrait une grande intelligence , a écrit à ce sujet le docteur Louis Maniguet dans sa thèse, soutenue sous le n°107, le 11 février 1920 et intitulée : Un empirique Lyonnais : PHILIPPE. – Contribution à l'étude de l'influence des empiriques sur les malades. Étude médico-sociale. Cette thèse de 86 pages avait été inspirée à l'auteur par le professeur Etienne Martin, professeur de médecine légale à la Faculté de Lyon.
La documentation en fut complétée par les professeurs Teissier, Lévy, Schneider et Policard, MM. Fleury Ravarin, Maître Clozel, les docteurs Cusset, Sahuc, Albert, Michel, Commandeur, Bollier, Masson, Carry Gros, Locard, Bricaud.

Dans ses très intéressants Souvenirs sur le Maître Philippe, le regretté André Lalande, membre de l'Institut, a fait également état du passage de M. Philippe dans les services hospitaliers Lyonnais : Il fréquenta les hôpitaux de Lyon, très aimé des uns et détesté des autres.
Il consolait les malades et souvent demandait aux médecins de ne pas les opérer. Parfois les malades se trouvaient guéris avant la date fixée pour l'opération. Allant voir les affligés et les malades, distribuant aux pauvres tout ce qu'il pouvait recevoir, M. Philippe retournait de temps en temps en Savoie voir sa famille sans que celle-ci pût se rendre compte de l'étendue de ses pouvoirs.

    http://www.philippedelyon.fr/

  Guérisons inexpliquées.